Origine

Le KOBUDO Tenshin Shoden Katori Shinto Ryu est un art martial classique et traditionnel japonais. Il a été reconnu patrimoine culturel immatériel par le Ministère de la culture du Japon en 1960.

 

L’origine de l’école Tenshin Shoden Katori Shinto Ryu

Iizasa Choisai Ienao à l'origine de ce Koryu

L’origine de l’école remonte au XVe siècle. Né en 1387 à Iizasa (actuellement Tako, préfecture de Chiba) dans la province de Shimosa, le fondateur de l’école est Iizasa Ienao. Issu d’une famille de samurais, il était lui-même samurai, au service de la maison Chiba. À la chute de cette famille, Ienao se retira seul à plus de 60 ans près du Temple de Katori (non loin de la tombe de Choisai sensei) où il fit des ablutions et s’entraîna pendant mille jours et mille nuits. Une nuit, il eut une vision : la divinité du Temple de Katori lui apparut et lui légua un rouleau d’écriture divine sur la stratégie de la guerre. Après que les principes secrets de l’art de la guerre se sont ouverts à lui et après avoir créé une centaine de techniques dans l’art de la guerre, Ienao ouvrit un dojo. L’école Tenshin Shoden Katori Shinto Ryu vit alors le jour. Iizasa Choisai Ienao mourut en 1488, dans sa 102e année.

Le Mokuroku ou catalogue des disciplines enseignées dans l’école Katori Shinto Ryu s’ouvre sur la correspondance de Heiho – art de la guerre – et de Heiho – art de la paix (seuls le kanji diffèrent) – et il est dit que « aucun homme ne doit ignorer Heiho (art de la paix) ». Les techniques de combat ont deux objectifs primordiaux : se protéger soi-même et protéger son pays par la guerre. Ce sont cependant les répétitions des entraînements qui forgent un cœur juste et qui finissent par dévoiler le sens de Heiho (art de la paix) au pratiquant assidu.

La stratégie martiale

La stratégie martiale repose avant tout sur le Iai-jutsu – qui est l’art de dégainer le sabre – et ses techniques de combat étudiées en Tachi-jutsu (Ken-jutsu), que ce soit avec le Bokken qui est un sabre en bois ou avec le Kodachi – sabre court qui est employé seul ou avec le Bokken. La technique guerrière recoupe également le Bo-jutsu qui consiste en la manière d’user du bâton conte le sabre, le Naginata-jutsu ou pratique de la hallebarde, arme redoutable sur les champs de bataille, le So-jutsu ou l’art de manier la lance qui demande une grande amplitude et qui est donc efficace au combat. En plus du maniement des armes, l’école Tenshin Shoden Katori Shinto Ryu comprenait l’art des techniques manuelles tel le Ju-jutsu, l’art de manier des objets pointus, le Nin-jutsu, l’art de la stratégie, l’art des fortifications, l’astronomie, la topographie, l’étude des vents et des eaux (feng shui, en chinois), le in yo (yin yang, en chinois). Enfin, pour chacune des armes, il existe des techniques secrètes.

Les compétitions sont formellement interdites en Katori Shinto Ryu, car un des opposant perdrait forcément la vie.