Technique

À la base du KOBUDO Tenshin Shoden Katori Shinto Ryu il y a le maniement du sabre et sa pratique est codifiée (kata). Le KOBUDO se travaille généralement à deux.

Avant le travail à deux, une série de mouvements fondamentaux, de coupe et de garde, sont appris par le pratiquant en guise d’introduction à l’étude de l’école ; les gardes permettent d’attendre et de parer les attaques de l’adversaire. Ensuite viennent les kata, ou formes pré-arrangées, où traditionnellement, le pratiquant plus ancien dans l’école a le rôle de Uke dachi, celui du professeur, et le pratiquant plus jeune a le rôle de Kiri komi ou Uchi komi, celui donc de l’élève – la dénomination du rôle dépend de l’arme utilisée. Seul le Iai s’exerce individuellement.

Victoria's FallsDans ce Ryu, comme dans d’autres écoles de budo anciens, l’apprentissage comporte deux grandes phases. Il y a d’abord l’acquisition des techniques dans omote qui est la partie de l’école visible de tous et accessible à une majorité. Ensuite, il y a le côté ura qui est enseigné à ceux d’entre les pratiquants qui persévèrent dans cette étude et qui ont les dispositions adéquates pour approfondir leurs connaissances et s’approcher ainsi graduellement de l’essence de l’enseignement du Ryu. Enfin, les techniques secrètes auxquelles ont accès uniquement quelques élus.

Lors de la première grande phase d’apprentissage, est étudié le maniement des armes suivantes, selon le programme technique disponible sur le site du Shibu suisse : le Bokken ou sabre en bois, le Bo qui est un bâton d’1m80, la Naginata – une hallebarde de 2m12, la lance (Yari ou So, en japonais, qui mesure 2m50) et le sabre (Katana ou Iaito, selon que sa lame coupe ou non). L’étude du Kodachi ou sabre court en bois est réservée à la phase suivante. Toutes ces armes, hormis le Iaito, se travaillent contre un Bokken. Voici quelques-uns des principes fondamentaux à la base de l’école : le kime, concentration optimale de l’énergie, le ki ken tai ou coordination du corps, du sabre et de l’esprit, le hara qui est la maîtrise du centre, le shisei, posture ou attitude juste,